Dans les coulisses des Portes de l’Outremonde

D

Dans cet article, je m’amuse à dévoiler les détails réels des Portes de l’Outremonde.

Avertissement : si vous n’avez pas lu la nouvelle, n’allez pas plus loin.

Cela fait un peu plus de 6 mois que les Contes et récits du Paris des merveilles (une anthologie de nouvelles dans l’univers steampunk et féérique du Paris des Merveilles de Pierre Pevel) est sortie et que ma nouvelle Les Portes de l’Outremonde vit sa vie. Je me suis beaucoup amusé – et j’ai beaucoup appris – en écrivant cette histoire qui parle d’art, de peur et de magie. Je savais que Pierre Pevel est soucieux des détails historiques et je suis moi-même historien de formation. Cela m’a poussé à faire des recherches pour aller un peu au-delà d’une ambiance fantasmée de la Belle époque. (Le passé est aussi un vivier d’imaginaire, car même à un siècle de distance, l’histoire regorge de choses qui nous paraissent étranges et inspirantes.) Bien sûr, l’idée n’était pas d’écrire une nouvelle strictement historique, loin de là, mais j’avoue qu’inscrire mon imaginaire dans un réel même passé était très motivant *bruit du gloussement de l’auteur*.

Les Portes de l’Outremonde se passe en juin 1906, à Paris et à Meudon. J’ai repris les vêtements, le mobilier, les moyens de transports – comme les fiacres –, des événements (exposition universelle, inauguration du métro parisien…) et tout un tas d’autres détails qui sont souvent bien connus des lecteurs (ex. l’absinthe, les bagnes de Guyane ou la Sûreté générale). D’autres éléments s’inspirent l’époque comme le terrorisme anarchiste, l’affrontement artistique entre académisme et impressionnisme et bien sûr les œuvres de Rodin avec en premier lieu ses monumentales Portes de l’enfer.

Les Portes de l'enfer de Rodin
Les Portes de l’enfer de Rodin

Mais j’ai aussi introduit des éléments propres à l’histoire. par exemple, je précise que le mois est très chaud, presque caniculaire 😉 De même, vous pourriez faire les déplacements dans Paris encore aujourd’hui (mis à part si vous cherchez la maison de Griffont sur l’île Saint-Louis ou alors allez vous consoler en mangeant une glace Berthillon à deux pas). Voyons quelques autres irruptions du réel.

L’académie Charlemont

Au début de la nouvelle, on apprend que Griffont revient d’un entraînement de boxe française à l’académie Charlemont. Cette académie a réellement existé. Elle était tenue par Charles Charlemont. Charles Charlemont était un champion dans sa discipline et il est connu pour avoir remporté le « le combat du siècle » contre l’anglais Driscol en 1899 dans un duel entre boxe française contre boxe anglaise. On apprend également que Griffont a assisté à ce combat historique.

Pour le fun, le maître en action en 1924 avec une femme combattante en prime 👌

La page Wikipedia de Charles Charlemont

La fresque d’Apollon dans l’amphithéâtre Richelieu

Au cours de la nouvelle, Falissière inaugure la chaire des sciences et arts féériques à la Sorbonne. J’y mentionne une fresque représentant le dieu grec du soleil Apollon, les décors verts et une verrière au plafond. Cette fresque existe bien. Elle a été peinte par Pascal-Adolphe-Jean Dagnan-Bouveret et orne toujours l’amphithéâtre aujourd’hui. Ce lieu est tout simplement magique.

Amphithéâtre Richelieu - Paris des merveilles
Amphithéâtre Richelieu de la Sorbonne

La villa des Brillants

Rodin habitait bien à la Villa des Brillants sur les hauteurs de Meudon. J’ai essayé de respecter au maximum les lieux. Le sculpteur y avait fait remonter le Pavillon de l’Alma où il avait exposé ses œuvres pendant l’exposition universelle de 1900. Rodin y vécut jusqu’à sa mort avec sa femme, Rose Beuret. Il y est enterré.

Villa des Brillants - Maison de Rodin
Villa des Brillants – Maison de Rodin

La page Wikipedia de la Villa des Brillants

Le funiculaire de Meudon

Pour se rendre la villa des Brillants, Griffont emprunte un funiculaire qui lui aussi a bien existé 🙂 Il a été inauguré en 1893 et faisait 183 mètres de long.

Funiculaire de Meudon
Funiculaire de Meudon

Page Wikipedia du funiculaire de Meudon

La compagnie des bateaux parisiens

Toujours pour se rendre chez Rodin, Griffont emprunte le service des batobus à vapeur de la Compagnie des bateaux parisiens. Ceux-ci ont bien existé jusqu’en 1917.

Plan des batobus de la Compagnie des bateaux parisiens
Plan des batobus de la Compagnie des bateaux parisiens

Dans la nouvelle, Griffont embarque à Hôtel de ville et débarque à Funiculaire.

Les cannes de Théodon Fils

Dans la nouvelle, Théodon Fils est un fabricant de cannes prisé par les magiciens (qu’est-ce qu’un magicien sans sa canne ?). Ce fabricant a bien existé et était particulièrement prisé.

Un article du Centre de recherche de la canne et du bâton sur Théodon Fils

La Renault 35

Dans la nouvelle, l’elfe Enëral se rend chez Falissière (dans le VIème arrondissement) en Renault 35 ou plus exactement en Renault AI 35 cv landaulet Kellner. La voici (sans le dragonnet) 🙂

Renault AI 35
Renault AI 35

Voilà, j’espère que ce bonus vous aura plu (ainsi que les Contes et récits du Paris des merveilles). À très bientôt pour de nouvelles histoires !

A propos de l'auteur

Benjamin Lupu

Historien de formation, passionné de sciences humaines, de technologie, d'archéologie et par les littératures de l'imaginaire, Benjamin Lupu est l'auteur des Mystères de Kioshe, une série d'enquêtes de fantasy mettant en scène la magicienne Tirséa Mortevue et ses compagnons.

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.